N°130 V2G : la charge bidirectionnelle trouve une application à grande échelle en Italie


Par Aurélien Piot

La charge bidirectionnelle permet à un véhicule électrique de servir de source d’alimentation. En Italie, des Fiat 500 vont ainsi réguler le réseau électrique en stockant de l’énergie pour la réinjecter lors des pics de consommation.

voir aussi post N°8 Des Fiat 500 pour alimenter le réseau Italien


La charge bidirectionnelle est une technologie très intéressante, notamment pour son application vehicle-to-grid (V2G), qui permet à des voitures électriques branchées au réseau de stocker de l’énergie dans leur batterie lors des phases de surproduction, afin de la réinjecter lors des pics de consommation. Ainsi, les batteries des voitures sont utilisées afin de réguler le réseau et permettent de réduire les pertes et les besoins de production. Elles permettent également d’augmenter la part d’énergies renouvelables dont la production est inconstante et décorrélée de la consommation du réseau. En somme, les véhicules électriques peuvent alors se substituer à un système de stockage stationnaire.


Toutefois, cette technologie, aussi séduisante soit-elle, se réserve encore à des expérimentations ici et là. Mais les choses pourraient bien changer puisque FCA (Fiat Chrysler Automobiles) Italy et Engie Eps ont annoncé un partenariat avec l’opérateur italien Terna, visant à utiliser la technologie V2G à grande échelle dans le cadre d’un projet pilote. FCA Italy et Engie Eps — dont Engie détient une participation majoritaire que le groupe français envisage de revendre — ont également annoncé la création d’une coentreprise située en Italie, qui visera à développer des services liés à la mobilité électrique à travers l’Europe.

Des Fiat 500 attendant d’être vendues et des packs de seconde vie au service du réseau Le projet prendra place sur le site FCA de Mirafiori, à Turin, sur la période de 2023 à 2027. 700 batteries seront utilisées pour réguler le réseau, dont une majorité à bord de Fiat 500 en attente d’être vendues. Cela permettra d’exploiter plus largement la capacité de leur batterie, puisque les voitures ne seront pas utilisées durant cette période et il ne sera donc pas nécessaire de conserver une certaine autonomie. L’entière capacité des batteries (37,3 kWh utiles pour la majorité des versions) ne devrait toutefois pas être utilisée. En effet, les buffers, qui constituent la différence entre la capacité totale et la capacité utile, sont généralement étendus pour une utilisation en V2G afin de limiter l’usure des batteries. Ici, on imagine que Fiat sera particulièrement précautionneux, puisque le constructeur devra s’assurer que l’utilisation de ses voitures en V2G avant leur livraison n’a pas d'impact notable sur l’état de santé (SoH) de leur batterie, afin que les clients profitent bien de l’autonomie annoncée. Le reste des batteries sera constitué de packs de seconde vie, tirés de véhicules mis à la casse, par exemple.


Les Fiat 500 seront branchées à des chargeurs bidirectionnels 50 kW produits par Engie Eps. L’énergie sera transmise en courant continu entre les bornes et les Fiat 500, ce qui ne nécessite pas de modification des véhicules. C’est donc la connectique CCS qui sera utilisée, bien que le standard ne soit pas encore certifié pour la charge bidirectionnelle. Durant la première phase du projet, 32 bornes seront installées et permettront de brancher 64 voitures. À terme, jusqu’à 700 véhicules pourront être connectés au réseau. Les voitures seront garées sur un parking couvert d’environ 12 000 panneaux photovoltaïques, capables de produire 6500 MWh par an.

Une fois opérationnelle, cette installation permettra de délivrer au réseau jusqu’à 25 MW d’électricité, stockée au préalable durant les phases de surproduction. Ces batteries de voiture participeront à un plus grand projet, appelé Fast Reserve, pour un total de 70 MW pouvant être fourni au réseau lors des pics de consommation. Les 45 MW restants seront issus de batteries de stockage stationnaire, plus traditionnelles.


(1) https://www.lesnumeriques.com/voiture/v2g-la-charge-bidirectionnelle-trouve-une-application-a-grande-echelle-en-italie-n158847.html


25 vues0 commentaire