N°94 La Nissan Leaf fête ses 10 ans en étant mieux équipée et en allant plus loin


Essai de la versione+ Tekna, nantie d’une batterie de 62 kWh, développant 217 ch et offrant une autonomie réelle de 345 kilomètres.

Alain Giroud Publié: 10.12.2020, 14h13



Nissan Leaf

La Nissan Leaf, qui fête ses 10 ans, n’a jamais été aussi efficace



Dix ans déjà! La Nissan Leaf est apparue fin 2010 sur les marchés japonais et nord-américain, puis en Europe une dizaine de mois plus tard. Un regard en arrière fait défiler les chiffres: un demi-million d’exemplaires vendus et seize milliards de kilomètres parcourus selon les calculs du constructeur.

La première mouture était dotée d’une batterie de 25 kWh et développait 109 ch. La Leaf e+ Tekna, objet de cet essai, offre une puissance de 217 ch grâce à sa batterie de 62 kWh.

L’autonomie, le point crucial d’un véhicule électrique, est aussi en constante augmentation. En 2010, elle atteignait 175 km selon le mode de calcul NEDC. Aujourd’hui, on parle de norme WLTP et notre Leaf d’essai est censée parcourir 385 km.

Ces promesses ne sont pas tenues dans la grande majorité des cas. Le compteur de bord, lui, est plus crédible. Chargée à 100%, la Leaf e+ promet de vous emmener sur 345 km. C’est déjà très bien pour la catégorie. D’autant plus que l’ordinateur de bord gère cette donnée avec précision. Les kilomètres parcourus s’affichent sans que les chiffres s’affolent comme c’est parfois le cas chez la concurrence.

Bien entendu, pour profiter des promesses du calculateur, il faut conduire sans se prendre pour un pilote de rallye. En utilisant systématiquement la «e-pedal». Elle permet d’accélérer et, dès qu’on lève le pied, le véhicule est freiné, jusqu’à s’arrêter. Dans les encombrements, ce système est vraiment agréable, mais il vaut mieux le désactiver lors des parcages.

Lorsque ces précautions sont prises, on profite pleinement de cette autonomie largement suffisante pour une utilisation urbaine et suburbaine. La recharge totale (batterie vide) exige 32 ​h sur une prise domestique. Mais en branchant le véhicule lorsqu’il reste 30% d’énergie, une nuit suffit.

Si vous avez encore un doute sur les performances intrinsèques d’une voiture électrique, sachez que ce type de motorisation offre un couple élevé, donc des réactions très vives en accélération, appréciées lors des dépassements.

La Leaf e+ essayée atteint ainsi les 100 km/h en 6,9 secondes. Mais une attitude agressive ne favorise pas, bien entendu, les économies d’énergie. Alors, avec l’«e-pedal» enclenchée, on adopte tout naturellement une philosophie de conduite sereine. N’est-ce pas formidable?


https://www.24heures.ch/la-nissan-leaf-fete-ses-10-ans-en-etant-mieux-equipee-et-en-allant-plus-loin-151232377946


16 vues0 commentaire