N°244- Voiture électrique : qu’en pensent les consommateurs ?


Le cabinet AlixPartners a récemment dévoilé le résultat de plusieurs sondages menés sur le thème de la voiture électrique.


La voiture électrique gagne du terrain sur le marché auto, en France comme ailleurs. Mais qu’en pensent vraiment les premiers concernés, les consommateurs ? Le cabinet AlixPartners a récemment dévoilé le résultat de plusieurs sondages menés sur le thème de la voiture électrique. Il faut dire que l’industrie automobile toute entière négocie le virage vers le zéro émission, la quasi-totalité des constructeurs, y compris les Premium, envisageant l’hybridation ou le tout-électrique comme la voie à suivre. Fin octobre, Tesla frappait ainsi un nouveau coup en prenant la tête des ventes européennes de voitures, tous secteurs confondus, une grande première dans l’histoire. L’engouement des acheteurs est donc bien réelle pour un segment qui a pourtant mis du temps à s’imposer. Un échantillon de ces derniers a été sondé et voici qu’il nous dit. Un retour globalement positif A la du mois d’août 2021, le cabinet de conseil AlixPartners a mené le sondage Electric Vehicles Consumer Sentiment Survey 2021. Celui-ci a regroupé 8 124 consommateurs âgés de 18 ans et plus avec un permis de conduire. Cet échantillon a été constitué de gens en provenance de 7 pays ayant représenté 85 % des ventes auto mondiales en 2020 (Chine, Etats-Unis, France…). Au terme de l’enquête, 97 % des propriétaires de voitures électriques n’envisagent pas de revenir aux moteurs thermiques. Cet avis a également des répercussions sur la part d’automobilistes prêts à changer leur véhicule thermique. Elle était de 11 % en 2019 et s’élève désormais à 25 %. L’enquête a également révélé que 70 % des consommateurs américains seraient prêts à acheter un véhicule électrique s’ils étaient sur un pied d’égalité avec les voitures dites « classique »s. Aux prix actuels, ils ne sont que 10 % prêts à payer un supplément de 25 %. Les feux pas encore tous au vert… Quelques réticences subsistent. Aux États-Unis, seulement 19 % des 2 054 personnes sondées seraient susceptibles de passer à l’électrique dès aujourd’hui. Un avis plus faible car fortement influencé par une culture locale basée sur les motorisations thermiques. A l’inverse, la moitié des sondés en provenance de Chine se disent prêts à investir dans une voiture propre à court terme. Quelles sont les plus grosses réticences ? Si l’on se base sur l’avis des Français, 52 % des consommateurs fustigent l’autonomie. Une critique qui sonne un peu « creux » quand on sait que la distance moyenne d’un trajet en voiture thermique de nos jours tourne autour des 30 km. Le nombre de bornes (38%), le temps de charge (34%) et le tarif (31%) sont les autres critères synonymes de réticences pour les interrogés dans nos frontières. « D’énormes obstacles subsistent sur de nombreux fronts, notamment pour atteindre la parité en matière de coût des véhicules, répondre aux consommateurs qui veulent acheter en ligne, sans parler de la prise en compte du développement des stations de recharge », commente Alexandre Marian, directeur associé chez AlixPartners France. « Les bouleversements que connaît cette industrie sont historiques. »


https://www.autojournal.fr/environnement/voiture-electrique-quen-pensent-les-consommateurs-278133.html#item=1




Vous recherchez une Fiat 500 d'occasion?

N'oubliez pas de mettre un j'aime sur ce post, sur Facebook sur Instagram .






74 vues0 commentaire